Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
Mandat Confiance / Exclusivité
Bienvenue chez CENTURY 21 Beaurepaire, Agence immobilière COLOMBES 92700

Vivre à Colombes : faciliter le covoiturage, une belle initiative

Publiée le 19/04/2019

 

Le covoiturage fait de plus en plus d’adeptes, et les applications proposant ce nouveau service fleurissent. Un nouveau mode de déplacement qui a certes ses inconvénients, mais aussi des avantages incontestables. Car qui dit covoiturage dit réduction nombre de voitures sur les routes donc lutte contre la pollution atmosphérique. En outre, le covoiturage est pour les chauffeurs un moyen efficace de rentabiliser les dépenses d’essence et même le coût d’entretien de leurs véhicules, et pour les passager un moyen économique de déplacement. Ajoutons-y une dose de convivialité et le tour est joué. Oui mais ce n’est malgré tout pas si simple de changer les habitudes (et les mentalités).

Si le covoiturage est de plus en plus une alternative évidente sur les trajets longues distance, côté trajets quotidiens, la formule peine à se développer. Certaines entreprises privées prennent des résolutions en ce sens, pour favoriser le mode de déplacement, quand ce ne sont pas les salariés eux-mêmes qui s’organisent. Mais l’initiative doit aussi être publique.

Jusqu’à aujourd’hui dans les Hauts de Seine, seule la ville de Puteaux avait initié une telle démarche. A dater du 1er mai, Colombes sera aussi de la partie. Car pour la municipalité, le covoiturage est une solution pour lutter contre la pollution de l’air en région, à fortiori sur l’Ile de France, on le sait évidemment très impactée.

 

De quoi s’agit-il ?

Pour une ville ou une commune, il s’agit de faciliter la pratique du covoiturage en réservant des espaces de stationnement dédiés à la prise en charge et au dépôt des passagers en covoiturage. En effet, il est souvent difficile pour un chauffeur de récupérer ses passagers ou de les déposer. Souvent, il faut se garer en double file, ce qui occasionne des troubles de la circulation, ou encore, c’est tout simplement difficile de définir un point de rendez-vous clair et simple pour tous.

Comme la ville de Puteaux, Colombes a donc choisi d’organiser des aires de covoiturage

 

Cinq points stratégiques

Bien sûr, il ne s’agissait pas de poser ses aires n’importe où mais bien de cibler des endroits stratégiques correspondant à des sens de trajets majeurs, que ce soit de Colombes vers Paris ou de Colombes vers la banlieue. Cinq emplacements ont ainsi été choisis : en direction de Paris, à l’angle de l’avenue Henri Barbusse et de la rue de l’Industrie mais également dans la contre-allée du boulevard Charles de Gaulle. Une aire de stationnement sera également signalée à proximité de la Gare de Colombes, à l’angle de la rue de Bournard et de la rue des Tilleuls. Enfin, essentiel, un autre sera posé à la sortie du très fréquenté autoroute A86 du côté du Centre Technique Municipal. Le cinquième emplacement reste encore à déterminer mais il sera vraisemblablement positionné vers la Gare du Stade.

 

Faire savoir

Installer des aires de stationnement spécial covoiturage, c’est bien. Mais encore faut-il que les usagers en connaissent l’existence. Et pour cela le passage obligé, c’est le référencement des stations dans les applications. La Ville de Colombes a évidemment travaillé en amont sur le sujet, en se rapprochant des acteurs concernés. Avec une première satisfaction auprès de l’appli BlaBlaLines, émanation de géant BlaBlaCar, bien connu de tous les adeptes du covoiturage.

A noter que cette application recense déjà quelques six cents trajets quotidiens entre domicile et travail par jour sur la Ville de Colombes.

 

Pour la municipalité cette démarche en faveur de l’environnement est aussi une démarche envers les colombiens. Une offre complémentaire de déplacement, en soutien à un réseau de transports déjà fourni, puisque rappelons que la Ville de Colombes bénéficie déjà de quatre gares SNCF et de dix-huit lignes d’autobus.

Alors reste qu’il faudra que ces aires de covoiturage ne deviennent pas des aires de stationnement. 10mn d’arrêt sont autorisés pour déposer ou prendre des passagers. Il ne s’agit donc pas de garer sa voiture pour aller faire des courses. Le respect de ces nouveaux emplacements est évidemment une condition sine qua non de la réussite du dispositif. Mais Colombes d’un système de vidéo-surveillance qui devrait être dissuasif au regard des incivilités. Autrement gare au PVS !

Notre actualité