Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
Mandat Confiance / Exclusivité
Bienvenue chez CENTURY 21 Beaurepaire, Agence immobilière COLOMBES 92700

Colombes, ville du Tour de France

Publiée le 15/07/2016

 

L’été 2016 est riche en évènements sportifs. Après la Coupe d’Europe de Football qui a été l’occasion d’une belle fête malgré la défaite des « Bleus », le mythique Tour de France a pris le relais. Et, moment d’exception en perspective, il passera cette année par Colombes. Avis aux passionnés !

 

Parler du Tour de France c’est évoquer une tradition sportive séculaire. Rendez-vous sportif majeur depuis des décennies, il a une histoire pleine de  rebondissements. Car du haut de ses 103 ans, il a parfois rencontré l’Histoire tout court. Son parcours est jalonné de sportifs célèbres, Eddy Merckx, Jacques Anquetil, Bernard Hinault et Richard Virenque (entre autres), sans oublier l’incroyable Raymond Poulidor, éternel second cher au cœur des français.

 

Le Tour en quelques lignes

L’aventure commence en 1903, à l’origine pour booster les ventes du journal L’Auto, dédié au sport.

Ses propriétaires Léo Desgrange et Géo Lefèvre pensaient-ils alors que cette épreuve sportive mettant à l’honneur « la petite reine » serait un jour reconnue internationalement ? Pas sûr. Toujours est-il que dès sa première édition, le « Tour de France » connaît un réel succès qui ne fera que s’amplifier et s’élargir au fil du temps. Le Tour d’Italie et le Tour d’Espagne en seront même les émules. Mais plus ancien, le Tour de France reste aussi le plus prestigieux.

Du côté du public, si l’approbation est immédiate, l’enthousiasme se limitera longtemps aux grandes villes et à la montée des sommets. Il devient contagieux en revanche à partir des années 30 où une foule toujours plus importante commence à se masser tout au long du parcours des coureurs. En 1914, le Tour s’interrompt: la première guerre mondiale le relègue au rang de souvenir d’une époque révolue pendant cinq longues années. En 1939, le scénario sera un peu différent : le Tour s’achève à quelques semaines du début des hostilités et se ressent déjà de la tension ambiante. Stoppé net par la guerre, il sera remis au goût du jour par les allemands qui verront là une occasion de rassembler les français. Mais confronté à la réticence, voire au refus du monde sportif, l’Occupant devra se contenter d’une tentative ratée. Le Tour de France, le « vrai », reprendra 1947 soit bien après la Libération. C’est que de nombreuses rivalités se sont formées autour de ce fameux évènement. Finalement l’Etat en confiera l’organisation aux journaux Le Parisien-Libéré (notre bon vieux Parisien actuel) et l’Equipe, Le Journal sportif. Un nouveau venu dans le paysage médiatique français ? Pas vraiment, puisqu’il est l’émanation du journal fondateur du Tour de France, L’Auto, condamné à la disparition en août 1944 pour avoir maintenu ses parutions pendant l’Occupation, et dont l’ensemble des biens ont été saisis. Quoiqu’il en soit, le Tour reprend en juillet 1947 pour ne plus s’arrêter. Mieux, dans les années 1980/1990, il prendra une dimension internationale avant de s’enfoncer dans une nouvelle crise dans les années 2000, avec le scandale du dopage.

Le Tour en 2016

Si le parcours change, le « Tour » a des traditions auxquelles il ne saurait déroger. Au moins un contre la montre, le franchissement (éprouvant) des chaînes montagneuses (Alpes et Pyrénées) et une arrivée toujours très attendue sur les Champs-Elysées. Pour les atteindre, les coureurs passeront cette année par le Nord de Paris. Longue de 113 kilomètres,  la 103ème (il n’y a pas de hasard) et dernière étape s’élancera du Château de Chantilly pour rejoindre la capitale. Sur son trajet, la ville de Colombes, qui sera pour les coureurs la porte d’entrée dans le département des Hauts-de-Seine.

Au même titre que les coureurs, Colombes sera donc un moment sous les projecteurs le dimanche 24 juillet prochain. Le Tour traversera la ville en passant près du Parc d’Activités Kléber puis empruntera le boulevard de Valmy et l’avenue Henri-Barbusse jusqu’au Pont de la Puce.

Les Colombiens ne manqueront certainement pas ce rendez-vous exceptionnel allant du passage de la pittoresque « Caravane » du Tour prévue vers 15h40 à celle des coureurs à 17h40.

Seul bémol, la circulation ! Elle sera évidemment largement perturbée et surtout modifiée pour permettre le passage du Tour de France, entraînant la fermeture de 61 rues.

Il vaudra donc mieux prendre ses précautions et plus radicalement éviter de prendre sa voiture autant que faire se peut. De petits désagréments qui ne saurait nuire à l’enthousiasme des colombiens qui accueilleront certainement le passage du Tour de France dans leur ville avec la convivialité qui convient.

Alors joyeuse dernière étape !

 

 

Notre actualité