Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
Mandat Confiance / Exclusivité
Bienvenue chez CENTURY 21 Beaurepaire, Agence immobilière COLOMBES 92700

Un nouveau baromètre sur le logement

Publiée le 17/10/2017

Ils sont nombreux les baromètres qui mesurent l’immobilier, ses palpitations, ses coups de froid ou de chaud, surtout côté prix. Celui-ci n’a rien à voir avec la valeur financière et tout à voir avec le bien-être, puisqu’il s’agit de mesurer le niveau de satisfaction des français vis-à-vis de leur logement. Explications.

Réalisée par la société IPSOS à l’initiative de l’association Qualitel, les résultats de cette enquête portent sur les appréciations de 2 700 personnes interrogées pour l’occasion sur environ quinze critères prédéterminés comme la sécurité, les éléments thermiques, acoustiques, mais aussi la capacité à accueillir des personnes âgées entre autres.

Rappel : Qualitel, qu’est-ce-que c’est ? Créée dans les années 1970 par l’Etat, l’association avait alors pour mission l’évaluation de la qualité des logements sociaux financés par des fonds publics.

Qui la compose ? Les associations de consommateurs usagers du logement et les acteurs de l’offre (promoteurs, bailleurs et constructeurs). Si sa mission d’origine reste d’actualité, le périmètre d’action de l’association a néanmoins largement évolué, u fur et à mesure des règlementations et des besoins d’informations du grand public.

 

Mais revenons à cette nouvelle étude dont les données ont été répertoriées et analysées en vue d’établir un « Qualiscore ».

Premier élément à noter, les appréciations des personnes interrogées dépendent déjà de l’année de construction de leur habitat. Ainsi et sans réelle surprise, ceux-ci se révèlent meilleurs sur les habitations très récentes, mais aussi sur l’habitat du 19ème siècle. En revanche, la période allant du début 20ème aux années 1970 est la plus sévèrement sanctionnée. Correspondant à la période de reconstruction d’après-guerre, elle souffre inévitablement de cette nécessité de construire vite et beaucoup. A l’évidence, les choses évoluent ensuite de manière plus favorable depuis l’apparition des règlementations successives. A noter également que les résultats sont évidemment variables selon que les personnes interrogées vivent en ville  ou à la campagne, dans un appartement ou une maison.

Le Qualiscore met en lumière cinq défauts majeurs dans l’habitat français.

En première position le confort thermique suivi de près et en toute logique par la consommation énergétique qui arrive en 2ème position.

Trop chaud ! C’est assez surprenant. Les personnes interrogées se plaignent plutôt de surchauffe, en particulier dans les appartements.

Trop cher ! Un tiers des personnes interrogées sont insatisfaits de la facture de consommation énergétique. Décrié par 37% des français, le chauffage individuel électrique qui est par ailleurs le plus largement répandu – 34% contre 30% pour le chauffage individuel au gaz, 15 pour le bois, 11 pour le chauffage collectif par radiateur, 9% par le fioul et 7% par pompe à chaleur). Un élément encourageant ressort néanmoins : pour les personnes vivant dans un logement datant de moins de 10 ans, l’insatisfaction descend à 24% seulement.

Arrivant en troisième position, le bruit, un sujet qui fâche particulièrement et sans grande surprise les habitants de l’Ile de France qui mettent une mauvaise isolation acoustique en première position des points noirs du logement. En quatrième et cinquième place arrivent enfin la qualité des matériaux de construction eux-mêmes, ainsi que l’aération et la ventilation, deux facteurs remis en cause essentiellement par les locataires (35 contre 13%) et touchent plus largement les petites surfaces que les grandes.

 

Les plaies de la location

Isolation, chauffage et ventilation sont les trois points noirs qui réunissent l’essentiel des problèmes détériorant les relations entre propriétaires et locataires, ces derniers se plaignant de manière récurrente dès qu’il s’agit de parler entretien ou rénovation des logements. En cause principalement, une isolation déficiente (ou inexistante), des radiateurs non changés etc. Le tout conduisant à des factures Energie élevées, un souci bien naturel pour les locataires. De toute évidence les propriétaires bailleurs peinent à faire des travaux de rénovation énergétique, que ce soit par manque d’information ou désintérêt.

Ajoutons à cela que dans l’ensemble, les français sont relativement méfiants envers les entreprises jugées peu scrupuleuses par nombre de nos concitoyens. Bref, il y a encore fort à faire dans le domaine du logement pour assurer le bien-être de français !

Notre actualité