Découvrez plus de 70.000 biens
dont plusieurs milliers proposés
ici et nulle part ailleurs

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de visites. Cliquez ici pour en savoir plus X

L'actualité de CENTURY 21 Beaurepaire

Immobilier 2017, l’année des records

Publiée le 17/12/2017

 

Les notaires de France l’ont affirmé lors de leur rendez-vous avec la presse en vue de présenter le bilan de l’activité de l’année qui s’achève et les perspectives de la nouvelle à venir : 2017 restera dans les annales immobilières avec une activité exceptionnelle, épanouissement d’une reprise qui s’était amorcée il y a deux ans. Au menu des hausses, du volume des transactions mais aussi des prix, auxquels il faut ajouter un endettement massif des français.

 

Un volume de transactions immobilières en hausse de 15,5 % sur un an

Selon les bases des notaires, le nombre de transactions réalisées à fin septembre sur les logements anciens se monte à 952 000. En détail et concernant l’Ile de France, l’augmentation est de 15,1% avec quelques 181 900 ventes. En y ajoutant le nombre de transactions finalisées sur le dernier trimestre 2017, le montant global des transactions devraient frôler le million. Un chiffre jamais atteint pour la Pierre.

Hausse des prix

Fondée sur l’intérêt non démenti des français pour l’acquisition immobilière, la demande a été forte toute l’année, largement stimulée par des taux d’intérêts demeurés historiquement bas et enrichie d’un souffle positif porté par une embellie économique et le retour d’une certaine confiance.

Et comme toujours en immobilier, l’exacerbation de la demande a influé sur les prix, les entraînant irrésistiblement dans un mouvement haussier.

Dans l’ancien, les prix des appartements ont ainsi régulièrement augmenté tout au long de l’année menant à 5,8% sur un an sur la seule Ile de France. Une hausse qui semble bien installée dans les grandes villes.

 

Pas de peur de l’endettement mais…

Boostés par des taux d’intérêt toujours au plus bas, même après de légères fluctuations à la hausse, les candidats à l’acquisition n’ont pas hésité à recourir au crédit, assez largement distribué par les banques, pour un montant qui devrait se clôturer à quelques 250 milliards d’euros à la fin de l’année selon les prévisions. Un record qui dépasse le précédent établi en 2016, qui dépassait lui-même le chiffre de 2015.

Bref, là encore, 2017 se distingue par son dynamisme, même si la seconde partie de l’année accuse une baisse de la demande de prêts. En cause, l’augmentation des prix qui tend à refroidir les ardeurs d’acquéreurs voyant se rétracter leur pouvoir d’achat immobilier, tandis que la renégociation des prêts s’est largement essoufflée en raison de la stabilité des taux.

Moralité : sur le dernier trimestre 2017, certaines banques n’ont pas hésité à baisser de nouveau leur taux d’intérêts d’emprunt pour capter l’intérêt de nouveaux clients.

 

Qu’attendre de 2018 ?

Après une telle année, il est fort possible que le marché marque une pause pour reprendre son souffle. Plus prudents, les acquéreurs pourraient choisir un attentisme vigilant. Du côté des taux d’intérêt, rien n’annonce une forte remontée au début 2018, d’autant que les établissements bancaires ayant fatalement des objectifs élevés, il est de leur intérêt de surfer au moins le temps du premier trimestre sur l’énergie de 2017.

Après une année d’excitation tous azimuts, le marché immobilier devrait retrouver en 2018 un semblant de normalité. Ce qui au bout du compte, est sans doute rassurant.

Notre actualité