Vivre À Colombes… En Mobilité Douce

Publié le 11/05/2021
Pour une ville plus saine et plus paisible, répondant aux envies de bien-être partagées par de nombreux citadins, Colombes fait le plein de projet et met le pied sur l’accélérateur côté mobilités douces.

 

La voiture oui, mais à 30 km/h

Colombes marque sa volonté de rejoindre la longue liste des villes et communes de toutes tailles et densité qui l’on déjà adoptée. Bonne ou mauvaise chose ? La réduction de la vitesse à 30km/h en ville a le mérite de sécuriser non seulement les cyclistes mais aussi les piétons. Elle répond aussi à des enjeux écologiques.

Les automobilistes colombiens devront donc se faire une raison : la ville devrait passer intégralement en Zone 30, à l’exception (logique) des grandes départementales qui la traversent.

Plus de voies cyclables en toute sécurité

Si circuler à vélo est déjà possible à Colombes, les itinéraires cyclables ne sont pas encore assez développés ou bien leur sécurité n’est pas évidente. Souhaitant clairement favoriser la petite reine, la municipalité entend agrandir le réseau de voies cyclables et des intégrations sont à l’étude sur plusieurs rues de la ville.

Une autre démarche, menée celle-ci avec le département des Hauts-de-Seine, vise certaines zones particulièrement risquées pour les cyclistes. Elles font aujourd’hui l’objet d’études en vue d’aménagements dédiés par bandes ou pistes cyclables sécurisées. Citons pour exemple le réaménagement du rond-point de l’embranchement de l’autoroute A86 entre l’entrée du Parc Lagravère et le Stade Yves-du-Manoir ou encore le boulevard Edgar Quinet et la rue Paul Bert.

Vers des « Rues aux Enfants » ?

L’idée est séduisante mais est-elle réalisable ? Elle est en tous cas à l’étude concernant les artères colombiennes où se trouvent des établissements scolaires. Il s’agirait de pouvoir interdire la circulation automobile aux heures d’entrée et de sortie des élèves, moments toujours délicats où la prudence est de mise. On imagine bien sûr que les parents venant chercher leurs enfants en voiture auraient, eux, le droit d’accéder aux écoles.

Si tout cela reste à définir, un projet est déjà planifié sur la rue d’Estienne-d’Orves, particulièrement concernée puisque riche de trois écoles et deux crèches. Pilote, il a pour objectif la protection de tous ces accès sensibles.

 

La sécurité, le plaisir d’une ville moins survoltée, sans oublier la réduction de la pollution sont autant d’arguments imparables servant le développement de modes de circulation alternatifs

Reste que les habitudes ont la vie dure et qu’il existe aussi de nombreuses raisons de ne pas les changer (ou de ne pas faire l’effort).

Pour inciter et encourager les bonne pratiques, la Ville de Colombes a inscrit à sa stratégie la mise en place de conditions favorables : élargissement de l’offre de stations Vélib’, présence d’arceaux vélo dans toute la commune, atelier réparation mais aussi pourquoi pas soutien financier aux habitants souhaitant acquérir un vélo (non électrique) sont aujourd’hui autant de pistes à l’étude.

A noter, la tenue d’un Comité Vélo qui réunira avant l’été des élus et l’association Colombes à Vélo. Une démarche à laquelle les colombiens pourront participer.

Suivez l’actualité immobilière et rejoignez-nous